THOMSON (V.)


THOMSON (V.)
THOMSON (V.)

Virgil THOMSON 1896-1989

Figure de légende de la vie musicale américaine, Virgil Garnett Thomson avait acquis une notoriété de compositeur et de critique musical après avoir reçu l’essentiel de sa formation en France dans les années 1920. Il était d’ailleurs considéré comme le «Satie américain».

Originaire de Kansas City, où il voit le jour le 25 novembre 1896, il fait ses études à l’université Harvard (à partir de 1919) avec Edward Burlingame Hill, A. T. Davison et S. Foster Damon, travaille le piano avec Heinrich Gebhard et l’orgue avec Wallace Goodrich à Boston. Il enseigne à Harvard (1920-1925). Puis il effectue un premier séjour à Paris (1921-1922), pendant lequel il étudie avec Nadia Boulanger. De retour à Harvard, il est organiste à King’s College (1922-1923), puis il remporte un Juilliard Fellowship et travaille la composition à New York avec Rosario Scalero (1923-1924). Entre 1925 et la fin des années 1930, il vit principalement à Paris, où il fréquente Erik Satie et les membres du groupe des Six, Jean Cocteau et Pablo Picasso. Stravinski exerce une influence déterminante sur lui. Il travaille également avec Gertrude Stein, qui lui donnera les livrets de deux opéras, Four Saints in Three Acts (1928, créé en 1934) et The Mother of Us All (1947). En 1940, il se fixe à New York et accepte le poste de critique musical au New York Herald Tribune . Il assure cette chronique jusqu’en 1954, devenant, par la lucidité de ses analyses, l’un des critiques les plus respectés mais aussi les plus redoutés des États-Unis. En 1948, il reçoit le prix Pulitzer pour la musique du film de Richard Flaherty, Louisiana Story . Membre correspondant de l’Institut de France (Académie des beaux-arts), il siège à deux reprises (1960-1968 et 1975-1983) au bureau de l’A.S.C.A.P. (American Society of Composers, Authors and Publishers), la société américaine des auteurs et compositeurs. À la fin de sa vie, il se consacre uniquement à la composition et à la direction de ses œuvres. Il meurt à New York le 30 septembre 1989. Les principales universités l’avaient élevé au rang de docteur honoris causa (Syracuse, État de New York, 1949; New York, 1971; Columbia, 1978; Harvard, 1982; New England Conservatory, Boston, 1986).

Thomson a toujours refusé de suivre systématiquement les courants modernistes du moment. Il préférait s’attacher à la notion d’universalisme de la musique. La simplicité et la spontanéité de son écriture frisent parfois la naïveté. Sa musique touche à la plupart des genres et des styles, ce qui lui permet de faire usage des procédés les plus divers: il pratique avec autant de bonheur une écriture diatonique presque sans dissonance que le dodécaphonisme le plus complexe; il cultive aussi aisément la cocasserie parisienne que l’austérité et puise régulièrement aux sources de la musique traditionnelle américaine, s’inscrivant dans la même démarche que des écrivains comme Ernest Hemingway ou Francis Scott Fitzgerald.

Ses deux premiers opéras ont assuré sa notoriété outre-Atlantique: le côté opéra-bouffe teinté de surréalisme et d’emprunts aux negro spirituals de Four Saints in Three Acts en a fait l’un des classiques du théâtre lyrique américain; conçu pour être chanté par des Noirs, on l’a surnommé le «Parsifal nègre»; quant à The Mother of Us All , qui évoque la vie de la suffragette Susan B. Anthony, il avait déjà connu plus d’un millier de representations lorsqu’il fut enregistré pour la première fois, une trentaine d’années après sa création à New York en 1947. En 1972, Thomson présentait un troisième opéra, plus lyrique, Lord Byron (1961-1968), mais celui-ci n’a pas connu le succès de ses deux aînés. Dans le domaine scénique, il est l’auteur de cinq ballets et de plusieurs musiques de scène pour des pièces de Shakespeare (Hamlet ) et d’Euridipe (Médée ). Pour l’orchestre, il a composé trois symphonies (no 1, 1928; no 2, 1941 – arrangement de sa Sonate pour piano no 1; no 3, 1972) ainsi que des concertos pour violoncelle (1950), pour flûte et harpe (1954) et pour harpe (Autumn, concertino , créé par Nicanor Zabaleta en 1964). Il a confié à la voix certaines de ses partitions les plus significatives: Stabat Mater (1931, révisé en 1981), Mass (1935), 5 Songs pour voix et orchestre (1950), Missa pro defunctis , son œuvre majeure (1960), The Feast of Love , pour baryton et orchestre (1964), Cantate sur des poèmes d’Edward Lear (1973-1974) ainsi que des mélodies sur des poèmes français. Dans le domaine de la musique de chambre et instrumentale, on lui doit quatre sonates pour piano, la Sonata da chiesa (1926, révisée en 1973) pour cinq instruments, deux quatuors à cordes (1932), une sonate pour violon et piano (1930) et toute une série de Portraits pour diverses combinaisons instrumentales. Pour le cinéma il faut aussi mentionner The River pour le documentaire de Pare Lorentz (1937), The Goddess (1957) et Journey to America , écrit à l’occasion de l’Exposition universelle de New York (1964).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • THOMSON — (entreprise) Pour les articles homonymes, voir Thomson. Logo de Thomson …   Wikipédia en Français

  • Thomson SA — Thomson (entreprise) Pour les articles homonymes, voir Thomson. Logo de Thomson …   Wikipédia en Français

  • Thomson — may refer to:PeopleMain|Thomson (surname)includes name origin and people with the name * Alexander Greek Thomson (1817 ndash;1875), Scottish architect * J. J. Thomson (Sir Joseph John Thomson, 1856 ndash;1940), English physicist who discovered… …   Wikipedia

  • Thomson — ist der Familienname einer Reihe bekannter Personen, siehe Thomson (Familienname) Thomson steht für folgende nach William Thomson benannten naturwissenschaftlichen Formeln, Effekten und Einheiten: Joule Thomson Effekt beim Ausdehnen eines Gases… …   Deutsch Wikipedia

  • Thomson —   [tɔmsn],    1) Sir Charles Wyville, britischer Biologe und Ozeanograph, * Bonsyde (Lothian Region) 5. 3. 1830, ✝ ebenda 10. 3. 1882; ab 1870 Professor in Edinburgh, plante und leitete die Challenger Expedition (Challenger).    2) Sir (seit… …   Universal-Lexikon

  • Thomson — Thomson, Augusto Thomson, sir George Paget Thomson, sir Joseph John Thomson, sir William * * * (as used in expressions) Flynn, Errol (Leslie Thomson) Gunn, Thom(son William) Kelvin (of Largs), William Thomson, barón Thomson, J(ohn) Edgar Thomson… …   Enciclopedia Universal

  • Thomson — Thomson: Thomson  фамилия «Томсон». Thomson общепринятое сокращение (обозначение) имени ботаника, которое добавляется к научным (латинским) названиям некоторых таксонов ботанической номенклатуры и указывает на то, что автором этих… …   Википедия

  • Thomson — Thomson, GA U.S. city in Georgia Population (2000): 6828 Housing Units (2000): 2895 Land area (2000): 3.953924 sq. miles (10.240617 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 3.953924 sq. miles (10.240617… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Thomson SA — Saltar a navegación, búsqueda Thomson SA, antes conocida como Thomson Multimedia es un fabricante multinacional de electrónica y proveedor de servicios multimedia establecido en Boulogne, Francia. La compañía tiene al menos 60.000 empleados (dato …   Wikipedia Español

  • Thomson S. A. — Thomson S. A.   [tɔm sɔn sɔsje te anɔ nim], Unternehmen der elektronischen und elektrotechnischen Industrie, gegründet 1893 als Compagnie Française Thomson Houston; Sitz: Paris. 1996 wurde der Unternehmensbereich Thomson CSF (überwiegend… …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.